Logo Scolaplan

Donner aux chercheurs africains les moyens de relever les défis locaux

Donner aux chercheurs africains les moyens de relever les défis locaux

Le renforcement des capacités locales de recherche en sciences de la vie est essentiel pour assurer le développement durable de l′Afrique, où le fardeau de la maladie est élevé et le niveau de recherche et de développement est extrêmement bas. Le troisième Sommet UNESCO-Merck Afrique sur la recherche a réuni des représentants gouvernementaux et des chercheurs de toute l′Afrique pour contribuer au renforcement des capacités de la communauté de recherche africaine. Cette troisième édition portait sur «le rôle de la recherche scientifique dans la réponse au développement du cancer et des vaccins - deux défis émergents en Afrique». Sous le patronage du Président de la République de Maurice, Mme Ameenah Gurib-Fakim, le Sommet a compté avec la participation de 15 ministres africains de la science et de la technologie, de la santé, de l′éducation, du genre et du développement social."Nous sommes très heureux de nous associer à l′UNESCO et à la Fondation Merck pour autonomiser les femmes et les jeunes dans les STEM", a déclaré la présidente Ameenah Gurib-Fakim dans son discours d′ouverture. "Le Sommet UNESCO - Merck Africa Research est une opportunité précieuse pour tous ceux qui s′intéressent et s′intéressent à la recherche en sciences de la vie et en santé en Afrique pour découvrir toute la gamme de recherches scientifiques révolutionnaires en cours et préparer la voie à suivre pour le développement de l′Afrique. Un centre international pour la recherche et l′innovation scientifique." Deux tables rondes ministérielles de haut niveau ont porté sur les défis et les solutions à prendre en compte dans les stratégies nationales de recherche scientifique dans les sciences de la vie dans les pays en développement." Bien qu′il n′y ait pas d′objectif autonome sur la science, il n′y a pas un seul objectif de développement durable (SDG) dans le nouveau programme qui ne nécessitera pas de contributions de scientifiques et d′ingénieurs naturels", a déclaré Getachew Engida. En effet, pour réussir, la mise en ?uvre du nouveau programme de développement doit s′appuyer sur une approche scientifique intégrée ... Une approche qui nécessite de dépasser les frontières disciplinaires et de s′engager dans une approche interdisciplinaire multisectorielle. »Il a également souligné les programmes par lesquels l′Organisation soutient la Stratégie pour la science, la technologie et l′innovation en Afrique (STISA-2024). Prof. Frank Stangenberg-Haverkamp, président du conseil d′administration de la Fondation Merck, a souligné le soutien des femmes et des jeunes africains à la recherche scientifique en leur offrant des opportunités de formation axées sur le cancer. recherche et développement de vaccins.

L′édition de cette année du sommet a mis davantage l′accent sur l′autonomisation des femmes et des jeunes dans la recherche en STEM, avec 100 jeunes chercheurs recevant un soutien pour participer. Au cours des trois dernières années, le Sommet a généré des externalités positives, telles que des bourses avec des institutions partenaires, des récompenses pour de jeunes chercheurs ou des publications dans des revues académiques, notamment un livre avec l′Union africaine et une collection d′environ 100 chercheurs. En outre, l′événement a favorisé des ateliers de mentorat pour autonomiser les filles, les femmes et les jeunes dans la recherche et dans la communication et le réseautage. Au cours des trois années écoulées depuis la première édition, l′UNESCO-MARS a parrainé et contribué au développement des compétences d′environ 600 chercheurs d′Afrique, afin de soutenir la future génération de scientifiques et d′enquêteurs du continent africain.

Les principaux partenaires de ce Sommet sont l′Union africaine, l′Organisation mondiale de la santé, l′Université de Cambridge au Royaume-Uni et le gouvernement de Maurice. Le Sommet a eu lieu à Port Louis, Maurice, les 28 et 29 novembre 2017. UNESCO-MARS 2017 rassemble des chercheurs africains pour discuter de la génération, du partage et de la dissémination des données de recherche et préparer la route vers l′Afrique en tant que plaque tournante internationale pour l′excellence de la recherche et l′innovation scientifique. Ceux-ci comprennent des chercheurs de pays francophones tels que le Bénin, le Sénégal, la Tunisie, le Burkina Faso, le Gabon, le Congo, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Burkina Faso et des pays anglophones tels que le Kenya, l′Ile Maurice, le Ghana, la Gambie et le Libéria. Sierra Leone, Rwanda, Zimbabwe, Nigéria, Zambie, Tanzanie, Ouganda, Soudan, Égypte, Soudan du Sud et Éthiopie.

2017-12-26
Source : UNESCO (Anglais)

En vedette
Vidéos
Flash info
Actualités Google : étudiants étrangers